Recherche


Vous êtes ici : Accueil > Coups de Coeur du moment

Coups de Coeur du moment

  • Brodeck se rend à l'épicerie-café-auberge du village pour acheter du beurre. Il comprend tout de suite qu'un drame est arrivé. « L'Anderer », c'est-à-dire «l'autre», l'étranger au village a été tué par les hommes parce qu'ils avaient peur de lui, peur qu'il découvre leurs secrets. Brodeck est chargé de faire un rapport, mais il sera constamment surveillé. On plonge dans l'enfance de Brodeck, dans sa vie et la vie du village où il s'est installé avec sa mère adoptive, de ce qu'il a subit dans les camps, pendant deux ans, et ce qu'il a retrouvé lorsqu'il est revenu au village…

    Dans la foulée de Blast, son grand oeuvre (4 tomes, 800 pages), Larcenet déploie une fresque âpre, inspirée, tout en clairs-obscurs, que le noir et blanc exacerbe sans pathos mais avec une tranchante intensité. Les intérieurs où la lumière pénètre peu, une nature sauvage estompée par les tempêtes de neige, des gueules sans âge murées dans leurs secrets indicibles : tout évoque à la fois un monde immuable et une menace latente où pèse une hostilité sourde vis-à-vis de Brodeck lui-même. C'est une communauté isolée, refermée sur son crime qu'ausculte Larcenet.



    Cette adaptation est une véritable réussite ! Manu Larcenet est parvenu à un coup de génie en adaptant le chef-d'oeuvre de Philippe Claudel en BD. J'ai lu cette BD en apnée, avec une boule au ventre. Tout y est. Pour avoir lu le livre, je peux vous dire que Larcenet est resté fidèle à Claudel. J'attends le 2nd tome avec impatience…


    Anne-Gaëlle - section adulte

  • Branché sur les fréquences radios de la police, Lou parcourt Los Angeles la nuit à la recherche d'images choc qu'il vend à prix d'or aux chaînes de TV locales. La course au spectaculaire n'aura aucune limite...

    Un film haletant, porté par l'interprétation magistrale de Jake Gyllenhaal. L'ascension de ce petit escroc aussi manipulateur et sans scrupules que les chaînes de télévisions à qui il revend ses vidéos choc est très dérangeante. Les moyens employés par cet homme prêt à tout pour réussir et s'enrichir font froid dans le dos... Le film est tourné comme un road movie nocturne avec de superbes plans.

    Agnès - section adulte



  • Le groupe de rock franco-américain Moriarty a sorti en avril dernier "Epitaph", son quatrième album. Avec toujours comme inspiration, ses voyages. Et cette fois, ce sont des rythmes créoles ou encore malgaches qui pimentent ses pistes aux échos toujours aussi macabres. Moriarty, quoiqu’il arrive, c’est avant tout la voix exceptionnelle de Rosemary Standley : puissante, claire et chaude, dans la plus pure veine New Orleans’ Soul. Toujours fortement ancré dans leur soul vintage (avec une telle voix, il ne pourrait en être autrement), Moriarty s’essaie à quelques saturations, à de nouvelles rythmiques latines, même Rosemary libère son timbre du carcan parfois pesant de son univers musical.

    “Epitaph” est clairement la production du groupe qui m'aura le plus touché, évidemment pour la beauté de ses compositions (chose qui n’a jamais fait défaut au groupe), mais surtout pour sa variété et ses risques.

    Anne-Gaëlle - section adulte

  • "Ce livre est une pierre posée sur le fragile édifice de la mémoire de la Shoah." Les médecins ont été parmi les premiers malades atteints de la Peste Brune : à Auschwitz, à Dachau, à Buchenwald ou à Strasbourg, les pires atrocités ont été commises par ceux qui avaient prêté le serment d'Hippocrate. Si le nom de Mengele est encore connu, il ne faut pas oublier les actes et les victimes de Rascher, Clauberg, Heim et Hirt : c'est à cet exercice de mémoire que nous convie Michel Cymes, qui jette son regard de médecin d'aujourd'hui sur une facette moins connue de la barbarie nazie, les expérimentations médicales pratiquées sans consentement sur les détenus. S'appuyant sur de nombreux témoignages ainsi que sur une documentation récente voire inédite, révélant des vérités qui ne sont pas toujours bonnes à entendre, Michel Cymes raconte avec franchise et passion comment Hippocrate est descendu aux enfers.

    Un ouvrage prenant, qui met nos sentiments à rude épreuve. Les faits relatés par Michel Cymès nous amènent dans les pires camps de concentration. Pourtant, c'est un bel ouvrage de vulgarisation... peu de termes techniques médicaux, ce livre est juste un témoignage de médecin qui tente de comprendre comment une profession censée sauver des vies peut se transformer en profession qui tue, empoisonne et torture. A lire pour se souvenir.

    Emma - section adulte

  • Quinze ans après leur mariage en 2013, les deux pères adoptifs de Gabrielle, 13 ans, sont mis au ban de la société suite au changement de la loi et à l'évolution des mentalités vers toujours plus d'intolérance. Identifiés par un triangle rose, traqués par une brigade spéciale, leur vie est un calvaire. Victimes d'un accident de la route, ils n'ont nulle part où aller.

    Dans un futur plus ou moins proche... et si les homosexuels étaient parqués dans des ghettos, contraints de porter un losange rose bien visible sur leurs vestes et interdits de séjour dans certains lieux publics ?! C'est l'histoire que nous raconte Christophe Léon dans ce roman très court mais terriblement poignant. Une redite de notre passé ou une possibilité de futur ?! A ne pas rater.

    Emma - section adulte

  • Un texte émouvant de souvenirs sur la figure de la mère de l'auteur. Avec un dossier consacré au genre du récit de deuil, thème centré sur le deuil de la mère et qui traverse la littérature du XXe siècle : maladie, douleur du deuil, mémorial de la mère. La difficulté de l'exil, la culture juive et l'antisémitisme sont également abordés, ainsi qu'un tableau d'August Macke.
     
    Un livre que j'ai plaisir à lire et relire à haute voix. C'est une musique rythmée, modulée, scandée avec des mots pathétiques, bouleversants et dramatiques. Un adieu à la mère, son amour indéfectible à nul autre pareil et à son enfance, qui disparaît avec sa mère.
    A ceux qui ont la joie de dire « Bonne fête Maman », cette formule prendra de la profondeur. A ceux qui n'en ont plus l'occasion, il est trop tard, n'ayez pas de regret. 
     
    Winsch - lectrice de la médiathèque
Syndiquer le contenu

Aller vers :